calligraphie et peinture



La calligraphie chinoise s'est forgée suivant les outils de base que sont l'encre, le pinceau à poils, la surface support (bambou et soie, puis papier), le poignet et la main humaine. La dernière contrainte étant les caractères eux-mêmes et la nécessité d'archiver efficacement un discours.

Ces contraintes techniques et le passage du temps ont produit différentes évolutions et styles calligraphiques majeurs : Oracle, Bronze, Sceau, Scribe, Régulier, Semi-Cursif, et Cursif. Les traces de ces "différents styles historiques" sont plus ou moins bien conservées selon les époques et les supports employés, le papier et l'encre résistants mal au temps.





calligraphe à Jinan, Shandong

Instruments du calligraphe


Le papier, l'encre noire, le pinceau calligraphique, et la pierre à encre sont les instrument essentiels pour la pratique de la calligraphie. Ces instrument sont connu sous le nom de Quatre trésors de l'étude. Le dessous de table en feutre noir, le presse papier, le porte pinceaux, le sceau et sa pâte à encre accompagnent cette liste d'instruments.





Peinture chinoise


La peinture chinoise classique est denommée en chinois "zhongguó huà" (peinture chinoise), ou "guo huà" (peinture du pays), en opposition à la peinture chinoise d'inspiration occidentale apparue au XIXe siècle. On peut la considérer comme une branche autonome de la calligraphie chinoise, dont elle partage le medium, fondé sur les quatre trésors du lettré : pinceau chinois, bâton d'encre, pierre à encre (pour moudre la pierre à encre et la mélanger à de l'eau) et papier de riz.





Oeuvre réalisée par un calligraphe à l'Ecole des Langues Etrangères de Jinan, Shandong




Source : calligraphie et Peinture